Mérignacais, votez pour vos 3 projets préférés

Pour voter, inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte
Accédez à votre compte
Vous n'avez pas de compte ?
Créez votre compte pour voter
Vous avez déjà un compte ?
Le projet

L’idée est d’implanter une jardinière partagée, rue Louis Blériot, dont le fonctionnement sera fondé sur des valeurs de solidarité, de convivialité, de lien et de partage entre les générations et les cultures.

Il s’agit concrètement de produire ensemble légumes, fleurs, fruits, plantes aromatiques, médicinales.

Le projet en images
Projet proposé par

Philippe, 48 ans

Interview
Les réponses de Philippe

Comment avez-vous découvert le dispositif du Budget participatif ? Et connaissiez-vous ce dispositif avant que la Mairie le mette en place ?

J’ai découvert ce dispositif en lisant une publicité en attendant à un feu rouge sur Mérignac ; il me semble également l’avoir vu signalé sur l’application “ICI Mérignac”.

Je ne connaissais pas l’existence même d’un tel dispositif ; l’idée de permettre la participation des habitants et donc d’organiser une remontée d’idées de leur part est motivante. Je me sens impliqué dans la vie de ma commune en dehors des périodes électorales, i.e. une fois tous les six ans.  

Qu’est-ce qui vous a donné envie de déposer un projet ?

J’ai réalisé que je ne connaissais pas mes voisins, alors que je suis arrivé sur Mérignac il y a quatre ans. Mon épouse et moi-même cultivons un potager sur notre jardin. Nous avons donné, par exemple, des tomates à des voisins, et leurs avons proposé de se servir sur les pieds de tomates lors de nos absences prolongées.

En cherchant comment partager, je suis tombé sur le “Réseau des jardins partagés” (http://jardins-partages.org/). L’envie de partager avec des personnes proches géographiquement a motivé le dépôt de ce projet. 

En quoi votre projet va améliorer le quotidien des Mérignacais ?

Desproges disait « l’ouverture d’esprit n’est pas une fracture du crâne », et Jean-Paul Sartre disait « l’enfer, c’est les autres ».

Il manque parfois peu pour favoriser l’ouverture, le partage et réaliser que « l’autre » n’est pas fermé ou replié sur lui-même.

J’ai l’espoir qu’un simple objet, telle une jardinière posée au milieu des personnes qui se croisent mais ne se parlent pas, pourrait non seulement débloquer l’échange, mais également le favoriser.

S’il fallait qualifier l’intérêt sur le quotidien des Mérignacais (l’accès à la jardinière partagée n’est pas limité aux habitants de la rue Louis Blériot) en un mot, ce serait donc : bien-être.

Dans un monde imaginaire et sans contrainte, à quel projet rêvez-vous secrètement pour Mérignac ? (Exemples : un parc d’attraction sur la Place Mondésir, un golf 18 trous sur la plaine de Beutre, une ferme urbaine sur les toits du centre commercial de Mérignac Soleil…)

Des écoles ouvertes.

La description en a été faite par Françoise Dolto.

En quelque mot, il s’agit de considérer ces lieux publics comme ouverts, donnant accès à des activités souhaitées par les enfants, leurs permettant de se projeter dans leurs futures vies d’adultes ; une sorte de troisième lieu entre la maison et la rue. Encadrés, accompagnés par des adultes, les enfants pourraient gagner en autonomie.

Il me semble que le travail le plus important, le plus urgent est celui qui permettra aux jeunes de penser par eux-mêmes. Nelson Mandela l’a beaucoup mieux écrit : « l’éducation est l’arme la plus puissante qu’on puisse utiliser pour changer le monde » (Dolto, 1988).

Localisation du projet
Rue Louis Blériot
Solidarité et cohésion sociale
Jardinière partagée
Quartier
Bourranville
Coût prévisionnel
1 000 €
Délai de réalisation prévisionnel
Moins de 6 mois
30  votes pour ce projet
Je partage ce projet